See site in english Voir le site en francais
Website skin:
home  download  forum  link  contact

Welcome, Guest. Please login or register.
Did you miss your activation email?

Login with username, password and session length

Author Topic: "Une falsification de la science au nom de la démocratie"  (Read 2386 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Thierry Duhagon

  • Legend
  • ******
  • Posts: 2701
  • Country: France fr
  • Karma: 11
25 January 2011, 16:20:59
Je vous fait part de cet article paru dans Marianne

Nous pourrions en discuter des heures mais je trouve que bien des choses y sont dites...

Elie Arié se penche sur un phénomène de la société, celui de la relativisation de la réalité. Il pointe du doigt cette « régression intellectuelle ». Les acquis scientifiques sont, selon l'auteur de ces lignes, de plus en plus remis en cause en raison de la médiatisation de certaines controverses scientifiques.

Dans un excellent article paru dans Politis du  14 octobre 2010  et intitulé : « La rationalité, une question d’opinion ?  », Benjamin Dessus attire l’attention sur une régression intellectuelle  importante dont sont victimes nos sociétés qui n’ont pourtant jamais été aussi avancées, économiquement et techniquement.

Il s’agit d’un phénomène de relativisation de la réalité, résultant de la confrontation entre

- la complexité de la science et de ses inévitables contradictions (sans lesquelles la science ne serait qu’un dogme religieux),

- et, d’après moi, son incompatibilité avec le besoin de certitudes d’une opinion publique de plus en plus façonnée par le simplisme d’ Internet et la démagogie des « démocraties participatives » (tous experts !) inaptes à prendre en compte la complexité du réel.

Benjamin Dessus rappelle qu’il a toujours existé  deux conceptions de la rationalité :

- l’une supérieure, réservée à la  science avec ses conséquences en termes de « progrès » des sociétés par la technique et la maîtrise de la nature au service de l’homme ;

- l’autre appelant à la reconnaissance de rationalités équivalentes à d’autres domaines que la science et la technique, et indispensables à un développement équitable de l’humanité

Dans les deux cas, cependant, « l’appel à la  Raison restait central ».

Mais, depuis cette époque, s’est installé un doute croissant sur les acquis scientifiques, du fait de la forte  médiatisation des controverses scientifiques inhérentes à la démarche scientifique sur un public qui en attend d’impossibles  et rassurantes certitudes définitives (d’où le désastreux « principe de précaution », entre autres).

Benjamin Dessus  rajoute : « Dans cette ambiance de relativisme absolu, des journalistes se sentent alors justifiés d’organiser un débat « équilibré » (c’est-à-dire avec le même temps d’antenne…) sur le changement climatique et ses causes, entre, par exemple, un Vincent Courtillot, scientifique reconnu mais dans un domaine différent de celui du climat, et des représentants d’une communauté scientifique forte de plusieurs milliers de membres, qui travaille cette question depuis quinze ans », et conclut :  « Les faits de la nature deviennent ainsi objets de « négociations » entre acteurs, selon des rapports de force plutôt que des raisonnements rationnels. »

On mélange donc « allègrement » (c’est le cas de le dire...)

- les données acquises de la science,

- et les conséquences qu’on est capable –ou non- d’en tirer en termes d’action et de décisions politiques.

 Pour le dire autrement : faute de vouloir assumer publiquement ces contradictions (tout à fait normales) entre le réel et le politiquement réalisable, les politiques et l’opinion publique tendent à déformer le réel pour tenter de donner une justification scientifique à leurs décisions ou revendications politiques.

Quelques exemples concrets :

- les insuffisances du protocole de Kyoto : il semble politiquement impossible de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre l’émission de gaz à effets de serre ; mais, au lieu de le présenter de cette façon, qui a sa logique, les politiques préfèrent inverser la présentation des faits, et minorer les effets de ces émissions : la réalité n’est plus celle issue des travaux des scientifiques, elle est limitée à celle que l’on est disposé à combattre ;

- l’homéopathie : il semble impossible, en France, de dé-rembourser cette thérapeutique purement placebo, pour des raisons d’impopularité politique et de soutien à un laboratoires français ; mais, au lieu de le présenter de cette façon, qui a sa logique, on justifie un petit remboursement des médicaments homéopathiques (à 35 %) en prétendant qu’elle est quand même « un peu »( ?) efficace ;

- le créationnisme : beaucoup de croyants n’ont pas la culture théologique suffisante  pour accepter le fait que le récit de la Genèse ne doit être lu que de façon symbolique ; et il se trouve, aux États-Unis, de plus en plus de politiciens qui, pour leur complaire, sont disposés à accorder au créationnisme le statut de « théorie scientifique »,  et à imposer qu’il soit enseigné à l’école comme une théorie alternative à l’évolutionnisme, et mise sur le même niveau de preuve que lui.

Avec ce retour progressif à l’obscurantisme qu’est la falsification des données de la science en fonction d’ intérêts électoralistes  ou d’ idéologies dominantes, nous revenons progressivement aux heures les plus sombres de l’ histoire de l’esprit de l’ humanité : celles où Copernic jugeait plus prudent de ne faire publier qu’après sa mort sa démonstration de l’héliocentrisme ; celles où Staline imposait, pour des raisons idéologiques, les théories génétiques de Lyssenko sur la transmission héréditaire des caractères acquis, qui allaient ruiner durablement l’agriculture soviétique. Sauf que cette falsification de la science, qui était autrefois imposée par la tyrannie, l’est aujourd’hui au nom de la démocratie et du « tout est affaire d’opinion, et toutes les opinions sont également légitimes »

 « Esprit des Lumières » ? Le dernier qui sort est prié d’éteindre l’électricité.

http://www.marianne2.fr/Une-falsification-de-la-science-au-nom-de-la-democratie_a202107.html


Thierry

Per Ardua ad Astra
Avec fougue, jusqu'aux astres

Offline tofitouf

  • Legend
  • ******
  • Posts: 1380
  • Karma: 0
Reply #1 - 25 January 2011, 17:16:17
ca fait peur tout cela, mais effectivement les alertes sont au rouge depuis quelques années sur bien des sujets : climat, théorie de l'évolution parmi les sujet les plus brulants.

y'a des marches arrière incroyables , impensables encore y'a 10 ans. Des opinions risibles sont écoutés pour le plaisir d'un débat stérile entre science et obscurantisme.


---------------------------------------------

PC en rade, codage en panne.... Nom de Zeus

Offline orbiter28

  • Legend
  • ******
  • Posts: 2680
  • Karma: 15
Reply #2 - 25 January 2011, 18:42:22
A cela ont peut rajouter les préjugés collé aux sceptiques (esprit non rationnel mais plutôt bêtement fermé et croyant en ce qui est reconnu comme scientifique) et scientifique (cynisme, coupure de la réalité via des équations).

J'ai déjà discuter avec deux personnes sur les scientifiques et la religion, elle donnaient des exemples issue tout droit des scènes médico-légale des experts, ou du dr house.
Pour eux c'est la science qui faisait exprès de contredire la religion.
:sad:

J'ai aussi eu une discutions sur l'environnement. pour lui, les scientifiques sont dans leur bureaux à imaginer n'importe quoi, et lui parce qu'il est sur le terrain (c-a-d qu'il fait du jardinage et de la chasse...) il sait de ce qu'il en est, et des conneries que sont le réchauffement climatique.
:sad:

Evidament, l'argument selon lequel le big bang venait d'un scientifique et homme de foi, et que cette théorie à reçu rapidement la bénédiction du pape leur était une historie complètement inconnu de la part de ce qui parlait de la science et de la religion.

Cela m'énerve, je pourrais multiplier les exemples de ce genre.
Bref, je crois aussi qu'il y-a un détachement de plus en plus important des gens.
Je me demande parfois si dans le futur on n'aura pas l'opinion du peuple, par exemple en matière de génétique, et que quasiment seul les professionnel et passionnés du domaine concerné serons au courant de ce qu'il en est.



Message modifié ( 25-01-2011 18:50 )


Offline cslevine

  • Legend
  • ******
  • Posts: 3605
  • Karma: 11
Reply #3 - 25 January 2011, 23:05:18
Dans la théorie de l'évolution moi je reste sceptique juste sur un point :
le sens dans lequel on dit que l'homme descend "du singe" (pour faire simple).
A mon avis c'est le contraire c'est la l'erreur. Lorsque l'on voit le bon en avant que ces derniers ont fait après nous...

 ( vidéo en illustration Leika, et le chimpanzé dans la capsule )


Bon sinon j'ai vu les 2 bogo à côté du petit nain, c'est quand même pitoyable.
C'est juste la France gouvernée par les scientos mais j'ai rien dit



Offline Rémi-astronome

  • Legend
  • ******
  • Posts: 1120
  • Karma: 0
Reply #4 - 26 January 2011, 13:43:03
On retourne sans la dictature... Le gouvernement veut rassurer les gens... les scientifiques ont des preuves solides, mais certaines théories font peur.. alors on préfère les ignorer...


Rémi VASSILEFF,
astronome amateur...
Association : Loar Gann, à Quimper
Blog : http://astronomie-et-loar-gann.blogspot.com/

Offline DanSteph

  • Administrator
  • Legend
  • *****
  • Posts: 15002
  • Karma: 178
  • Hein, quoi !?
    • FsPassengers
Reply #5 - 27 January 2011, 06:34:15
Quote
cslevine a écrit:
Dans la théorie de l'évolution moi je reste sceptique juste sur un point :
le sens dans lequel on dit que l'homme descend "du singe" (pour faire simple).

L'homme ne descend pas du singe. Les deux descendent d'un ancêtre commun.
L'ancêtre commun aux singes et aux hominidé vivait il y a ~7 millions d'années. Depuis
les deux branches sont séparée, celle des singes c'est encore scindée en plusieurs groupes
(gorilles, chimpanzé etc) et celle des hominidé aussi (ergaster, habilis, homo sapiens (nous))

Si tu as des questions on pourrais ouvrir un fil ? c'est une histoire passionnante, la notre !


J'ai coupé l'image en deux: (flèche bleue pour chronologie)





Quote
Thierry Duhagon a écrit:
 « Esprit des Lumières » ? Le dernier qui sort est prié d’éteindre l’électricité.

Et oui, c'est l'êre du révisionnisme et de l'ignorance triomphante, j'en était déjà inquiet il y a
quelques années au point de poster un fil qui a suscité quelques interventions intéressantes:
La science est-telle en perte de vitesse dans nos sociétés par rapport au 20eme siècle ?

Perso après avoir beaucoup écrit dans divers forum pour combattre l'obscurantisme j'ai une phase de
fatalisme. Je vois aussi ce poindre une société à deux vitesse avec "ceux qui savent" et les
autres, des siècles en arrière. Je n'exclus pas une réaction, un retour de balancier, les conneries
ça ne marche pas, ne fait pas voler les avions, ne soigne pas, n'explique pas etc. etc.

Après la culture scientifique de la population dépend des pays, en suisse par exemple une bonne
partie du temps d'antenne de la radio est consacré à la science, dans d'autre les priorités ne
sont pas les mêmes. Je pense que ça commence par là: une volonté politique et médiatique, sociétale ?

C'est triste. Des millénaires d'acquisition de connaissance pour que des gens n'en aient rien a foutre
et préfèrent raconter ou croire n'importe quoi. :sad:

La science n'est pas un dogme, elle ce remet en question constamment, les obscurantistes
et d'autres qui ont un intérêt profitent et s'engouffrent dans les débats pour les falsifier.

Dan



Message modifié ( 27-01-2011 06:46 )


Offline Thierry Duhagon

  • Legend
  • ******
  • Posts: 2701
  • Country: France fr
  • Karma: 11
Reply #6 - 27 January 2011, 08:12:11
J'ai un peu le sentiment que rien n'est fait pour aller contre tout ceci... et pour aller au fond de ma pensée, j'ai un peu le sentiment qu'on entretien plutôt tout cela... Enseignement, TV,...
Moins le niveau de connaissances est élevé, moins le sens critique (un des piliers de la démarche scientifique) est développé et moins on se pose de question... tout le monde suit "le plus médiatique" sans attacher quelconque importance à la démarche scientifique...
Le citoyen et/ou l'électeur est tellement plus facile à manipuler!
C'est tellement plus facile de tirer vers le bas!

Les enjeux (et donc les choix) auxquels les futurs citoyens devront faire face rapidement nécessitent un minimum de culture scientifiques... juste histoire d'éviter de voter pour le plus médiatique, ou le moins difficile...


Thierry

Per Ardua ad Astra
Avec fougue, jusqu'aux astres

Offline DanSteph

  • Administrator
  • Legend
  • *****
  • Posts: 15002
  • Karma: 178
  • Hein, quoi !?
    • FsPassengers
Reply #7 - 27 January 2011, 13:44:15
Il est dur de prédire l'avenir, les mouvements extrêmes sont souvent suivis d'un retour de balancier.

Je pense que nous avons tout actuellement et que les gens qui comptent "média" et "politique"
n'ont aucune idée de cette richesse et d'où elle vient. Ils profitent simplement avec une vue à court
terme.

La question est: Si ça commence à merder vont-t-ils se poser les bonnes questions ou
la société sera-t-elle trop enfoncée dans l'obscurantisme pour que ces gens ne veuillent/puissent
plus réagir ?

Autre chose: Les minorités "alternative" sont souvent les plus actives, tu ne peux pas ouvrir un fil
sur l'avortement ou les vaccins sans voir les anti ramener leur fraise, pourtant ils sont encore (ouf)
minoritaire.

En bref, très dur d'établir une synthèse de la situation réelle et des prédictions pour le futur.
Pessimiste ou optimiste ? Je pense qu'il ne faut cesser d'expliquer en tout cas.

A++

Dan


Offline jacquesmomo

  • Le budget !!!
  • Legend
  • ******
  • Posts: 6058
  • Country: France fr
  • Karma: 327
  • Plus on rate, plus on a de chances de réussir !..
Reply #8 - 27 January 2011, 22:46:35
Dan, je suis complètement d'accord avec toi....

Mais... ne vois-je pas poindre en toi quelques soupçons d'amertume (que je comprends) mais surtout... quelques brins de lassitude ?

Certes, ceux qui disent que les dinosaures sont une pure invention, qu'on n'a pas marché sur la lune et toutes ces c...eries sont minoritaires... mais pour combien de temps encore?
Moi aussi je fatigue de soigner de plus en plus de gens qui ont plus confiance en leur gourou-guérisseur-sorcier-charlatan qu'en la médecine; mais.... ne baissons pas les bras !
Sinon on va se faire submerger!....

D'ailleurs "Orbiter" n'a jamais existé!...



Mes add-ons sont là !

Offline DanSteph

  • Administrator
  • Legend
  • *****
  • Posts: 15002
  • Karma: 178
  • Hein, quoi !?
    • FsPassengers
Reply #9 - 28 January 2011, 03:10:42
Quote
jacquesmomo a écrit:
Mais... ne vois-je pas poindre en toi quelques soupçons d'amertume (que je comprends) mais surtout... quelques brins de lassitude ?

Oui mais aussi un brin de fatalisme et d'interrogation sur les mouvements de balanciers
des sociétés.

N'est ce pas normal de ce comporter en gamin gâté quand effectivement les gens sont
gâté et choyé par la société ? Les épidémies ont disparues, les femmes ne meurent plus en couche
ou sous les aiguilles à tricoter des faiseuse d'ange. Enfermé dans un cocon lénifiant
les gens ont -oublié- pourquoi certaines choses existent et sont nécessaires, pourquoi le savoir
est aussi important. Au lieu de célébrer ce que nous somme et avons (plus qu'aucun humain n'a
jamais eu dans l'histoire) le message à la mode est "l'homme est un pourri" "c'est la merde"
et maintenant "on nous ment".

Et certains, bien assis dans leur canapé, une cuillière de rillettes (Bordeau Chesnel) dans la bouche
de larmoyer sur le "bonheur perdu" de faire... 15km à pied par jour pour chercher l'eau, la nourriture,
le bois, mourir d'une grippe de la rougeole ou d'une dent pourrie !??

Laissons allez les plus furieux chez les guérisseurs ou refuser l'avortement, faisons bien
signer une décharge "je ne souhaite plus profiter des avantages de la société pourrie"
et attendons le balancier. (c'est mon coté méchant ;) )

Mais plus sérieusement, on a eu les hippies, les punks, les yuppies, les joggeurs et maintenant
les pseudo-nihiliste-ignorant-paranoïaque. Ça va bien changer un jour ?

Dan



Message modifié ( 28-01-2011 14:10 )


Offline orbiter28

  • Legend
  • ******
  • Posts: 2680
  • Karma: 15
Reply #10 - 28 January 2011, 10:57:11
Quote
Et certains, bien assis dans leur canapé, une cuillière de rillettes (Bordeau Chesnel) dans la bouche
de larmoyer sur le "bonheur perdu" de faire 15km par jour pour chercher l'eau, la nourriture, le bois,
mourir d'une grippe de la rougeole ou d'une dent pourrie.

Mis à part qu'il s'agit de paté de tête, je connais bien un type comme cela.
On peut aussi indiquer que la situation actuelle est du a des faits comme "en France, il y-a 60 millions d'abrutis".

Mais c'est très sympa que ce type se fasse descendre par divers textes dans lesquels je peut le reconnaitre :)

Ce n'était pas le sujet, mais ça défoule


Offline Rémi-astronome

  • Legend
  • ******
  • Posts: 1120
  • Karma: 0
Reply #11 - 28 January 2011, 22:01:02
Quote
DanSteph a écrit:
Mais plus sérieusement, on a eu les hippies, les punks, les yuppies, les joggeurs et maintenant
les pseudo-nihiliste-ignorant-paranoïaque. Ça va bien changer un jour ?
Dan

Oui mais ça pourrait devenir pire...
Je suis en 3ème, et je vois bien que maintenant, les jeunes en ont rien à foutre de la science, ce qui compte c'est l'ordi, l'X BOX 360...

Par exemple, ce matin, en physique, on voyait la gravitation... j'ai bien dis que j'étais en 3ème...Et la un gars demande "Madame, pourquoi les Chinois ils tombent pas? Ils sont en bas pourtant...)
1) Revois ta géographie, la Chine est dans l'hémisphère Nord.
2)La prof lui explique, mais ce genre de questions, je me les posais quand j'avais entre 6 et 8 ans... enfin je sais plus mais je pense que pour vous c'est pareil, c'est pas a 14 ans qu'on commence à se demander ça...

On voit bien que la nouvelle génération est de plus en plus abrutis par la télé réalité.. enfin toute la merde...

Donc je pense que pour commencer, il faudrait susciter la curiosité chez les jeunes, les pousser (enfin je dis les mais je fais partis des jeunes :badsmile: ) a se poser les questions... mais avant 14 ans... le "Pourquoi en bas ils tombent pas?" doit être poser avant 10 ans au moins.
Et c'est pas en regardant "Secret Story" ou des merdes dans le genre que tu vas se poser ce genre de question...
Donc personnellement, je ne voudrais pas jouer le rabat joie, mais comme on continue... on va dans un société, où, dans quelques années, la grandes questions des jeunes sera :"Mais qui va gagner Secret Story" "Tu crois que ... va sortir avec ...?"
Cette génération est foutue :badsmile: , il est très difficile de susciter la curiosité pour la science chez eux, c'est aux plus jeunes qui faut demander ça, c'est à cette âge là que l'envie de savoir né... ou ne né pas...


Rémi VASSILEFF,
astronome amateur...
Association : Loar Gann, à Quimper
Blog : http://astronomie-et-loar-gann.blogspot.com/

Offline Tallinn

  • Full Member
  • ***
  • Posts: 159
  • Karma: 2
Reply #12 - 29 January 2011, 01:32:54
Je te félicite pour tout ce que tu viens de dire Rémi, tu sembles être quelqu'un d'extrêmement mûr :top:

Moi qui enseigne aussi en partie aux adolescents (mais le français, pas la physique) je suis effaré par le manque de curiosité de la génération qui se présente, bien que je ne souhaite pas généraliser ;)

Pourtant je n'ai que 26 ans et je me sens étrangement plus éloigné de la génération qui me suit que des gens ayant la quarantaine :) Alors je veux bien que la situation soit plus grave que ce qu'elle était il y a trente ans (chômage, perspectives d'avenir, emplois précaires, etc.), mais s'il n'y a plus de rêve, plus de désir de repousser les limites de la curiosité, où va-t'on ?

C'est peut-être un truc simple, mais je me souviens que mes parents ont toujours tenu à ce que je sois curieux au maximum, le week-end par exemple mon père m'initiait à la fabrication de petits sous-marins ou de fusées à eau à l'aide de vieilles bouteille d'Evian. C'était des petits rien bout-à-bout, mais qui ont fait beaucoup pour mon tempérament actuel je crois. Et puis il y a eu aussi toute l'influence des C'est pas sorcier, Retour vers le futur et autres que je vénère encore aujourd'hui :love:

Ce qui m'a le plus énervé récemment, ça a été de voir des parents flanquer volontairement leurs jeunes enfants ou bébés devant la TV histoire d'avoir la paix. Ce comportement à lui tout seul n'explique pas tout bien entendu, mais il est révélateur d'un certain danger dans la perte de conscience d'être parents. Car à mon sens, il n'y a rien de plus précieux que l'éducation et la soif de connaissance..... Heureusement, que cette tendance n'est pas la seule et l'unique, mais tout de même, il y a des attitudes qui font peur lorsqu'on analyse la société sous différents angles.......



Message modifié ( 29-01-2011 01:34 )

-----------------------------------------------------------------------------------------
J'ai appris à employer le mot impossible avec la plus grande prudence.

Wernher von Braun

Offline Charlotman

  • Legend
  • ******
  • Posts: 4576
  • Karma: 5
Reply #13 - 29 January 2011, 12:50:32
Excellent sujet :)

Je pense qu'internet y est pour beaucoup. c'est un outil formidable.  Il a permis aux idées...a toutes les idées... d'avoir un impact mondial.. C'est devenu l'outil favoris de touts les charlatans et autres hurluberlus, c'est tellement simple. Internet est un outils encore "jeune", le utilisateurs n'ont pas encore appris a s'en servir, a faire le tri...
L'homme est "cablé" pour croire..il lui faut des certitudes. La science c'est compliqué, c'est exigeant, c'est procédurier, et surtout ca se contredit tout le temps et c'est incapable de nous donner de certitudes.
Et puis c'est tellement valorisant de croire qu'on fait partie d'une minorité de personne plus "malignes", informées du secret des dieux qui eux "savent" qui  ne sont pas "manipulées" par les scientifiques qui nous mentent..

Quote
jacquesmomo wrote:
Certes, ceux qui disent que les dinosaures sont une pure invention, qu'on n'a pas marché sur la lune et toutes ces c...eries sont minoritaires... mais pour combien de temps encore?

Malheureusement, je crois que ce temps est arrivé... c'est hallucinant le nombre de personnes que je connais, tres intelligentes au demeurant, qui sont persuadées que l'homme n'a pas marché sur la Lune... J'ai même un pote, qui adore l'astronautique, qui a des doutes sur le sujet.



Quote
Rémi-astronome wrote:

Cette génération est foutue :badsmile: , il est très difficile de susciter la curiosité pour la science chez eux, c'est aux plus jeunes qui faut demander ça, c'est à cette âge là que l'envie de savoir né... ou ne né pas...

Tu sais, cette phrase je l'ai entendue etant jeune, mes parents l'ont entendue aussi, et mes grands parent de meme. :)


« Last Edit: 29 January 2011, 12:50:32 by Charlotman »