Orbiter Francophone > Astronautique Francophone

NASA Lockheed-Martin ORION

(1/14) > >>

Pappy2:
NASA Lockheed-Martin ORION
 

Orion est un vaisseau spatial de la NASA destiné à transporter un équipage d'astronautes au-delà de l'orbite basse.



Il est initialement développé dans le cadre du programme Constellation (2006) dont l'objectif est d'emmener des hommes sur la Lune à l'horizon 2020 et de remplacer la navette spatiale pour la relève des équipages de la Station spatiale internationale. En février 2010, le programme Constellation est abandonné et après avoir envisagé d'annuler le développement du vaisseau, la NASA décide de poursuivre son développement pour de futures missions de survol de la Lune et des astéroïdes et éventuellement le transport de l'équipage de la Station spatiale internationale. Il doit être placé en orbite par le lanceur lourd SLS dont le développement a été décidé à la suite de l'abandon du programme Constellation.



Le vaisseau Orion est conçu pour transporter quatre personnes pour une mission de trois semaines au-delà de l'orbite terrestre basse et jusqu'à six personnes en orbite basse. Il reprend l'architecture du vaisseau Apollo avec un module de commande en forme de cône contenant l'habitacle dans lequel séjourne l'équipage et un module de service dans lequel est rassemblé tout ce qui n'est pas nécessaire au retour sur Terre. Ce dernier module est largué avant la rentrée atmosphérique.



L'ensemble a une masse de 21 tonnes dont plus de 12 tonnes pour le module de service. Contrairement à ses prédécesseurs, il utilise des panneaux solaires pour la fourniture d'énergie. Il dispose d'un volume habitable plus que doublé par rapport au vaisseau Apollo et d'une écoutille de type APAS similaire à celle de la navette spatiale américaine. Le vaisseau est conçu pour se poser sur l'eau à son retour sur Terre et est réutilisable.





https://fr.wikipedia.org/wiki/Orion_(véhicule_spatial)

Pappy2:
Le nouveau rôle du vaisseau Orion



À la suite de l'abandon du programme Constellation, l'arrêt du développement du vaisseau spatial est envisagé. La NASA a lancé un appel d'offres auprès de prestataires privés pour transporter les équipages vers la Station spatiale internationale et il n'existe pas de plans fermes pour des missions au-delà de l'orbite terrestre. Néanmoins, la NASA annonce le 24 mai 2011 que le développement du vaisseau spatial se poursuit. L'agence spatiale américaine prévoit de l'utiliser pour lancer des missions orbitales vers la Lune ou les astéroïdes géocroiseurs à l'horizon 2020. Il doit également servir de solution de secours si les prestataires privés ne parvenaient pas à remplir leurs objectifs de desserte de la station spatiale. Le vaisseau est rebaptisé Multi-Purpose Crew Vehicle (MPCV) "Orion"6.

Participation de l'Agence spatiale européenne


Le développement du module de service a été repoussé pour permettre d'étaler les coûts. La NASA et l'Agence Spatiale Européenne ont négocié depuis 2011 l'utilisation d'une version évoluée du module de service de l'ATV européen. Cette proposition de l'ESA lui permet de payer en nature sa participation à la Station spatiale internationale7 qui n'est plus couverte par la livraison des vaisseaux ATV. En effet, le dernier vaisseau cargo ATV livré par l'ESA en 2014 n'assure le paiement du séjour que jusqu'en 2017. Cette décision de l'ESA a été validée en novembre 2012 par le conseil des ministres européens réunis à Naples pour statuer sur l'activité de l'Agence spatiale européenne au cours des prochaines années. La solution retenue a été validée par le gouvernement américain et officiellement annoncée en janvier 20138,9. Ce module sera construit pour 450 millions d'euros sous la maîtrise d'œuvre d'Airbus à Brême.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Orion_(véhicule_spatial)

Pappy2:
Premiers vols prévus



Le module de commande sans les deux autres composants du vaisseau a fait l'objet d'un premier test en vol le 5 décembre 2014 après un report de 24 heures (“Exploration Flight Test 1” ou EFT-1). Un lanceur Delta IV lourd a placé le vaisseau sur une orbite haute elliptique. Après avoir bouclé deux orbites autour de la Terre, le vaisseau a effectué une rentrée atmosphérique à une vitesse égale à 84 % de celle atteinte dans le cadre d'une mission vers la Lune. L'objectif était de tester la tenue du bouclier thermique ainsi que le déploiement des parachutes.



Le premier module de service européen (ESM) sera quant à lui utilisé pour une mission prévue fin 2019, qui consistera en un survol inhabité de la Lune par Orion.

Pappy2:
ANNEE 2010
1er TEST D'ABANDON DE PAS DE TIR
Vidéo montage de l'abandon Pad 1 (PA-1) Orion de la NASA le 6 mai 2010. Inclut le métrage d'une caméra haute vitesse.
https://www.youtube.com/watch?v=1c9rS5G5X6Y



































ANNEE 2011
CONSTRUCTION ORION "Exploration Flight Test-1" EFT-1


Première soudure sur la structure EFT-1 Orion, septembre 2011


ANNEE 2012
CONSTRUCTION ORION "Exploration Flight Test-1" EFT-1


Structure d'Orion après la soudure finale, juin 2012


ANNEE 2013
CONSTRUCTION ORION "Exploration Flight Test-1" EFT-1



Module de service d'Orion avant l'encapsulation, décembre 2013




Test d'équilibrage de la capsule ORION



ANNEE 2013
MAQUETTE TEST DES PARACHUTES


Le 1er mai 2013, l'équipe du système d'assemblage de parachutistes à capsule (CPAS) de la NASA a terminé avec succès un test de chute du développement du parachute Orion effectué sur le terrain d'essais Yuma de l'armée américaine à Yuma, en Arizona.

Il s'agit du neuvième d'une série d'essais sur le parachute Orion les plus volés à ce jour, chacun étant conçu pour tester une condition ou un comportement différent du parachute.
Cet essai a examiné plusieurs modes de défaillance, tels que le fonctionnement du système de parachute et du vaisseau spatial dans les conditions où un seul des deux parachutes est déployé à la pression dynamique la plus élevée à ce jour, et comment le parachute principal se déploierait si l’un des trois principaux parachutes aurait un problème lors de la première étape.
La combinaison de ces deux modes de défaillance place la condition de charge la plus élevée sur le système de parachute principal et sur les attaches à l’engin spatial, et se traduit par une augmentation des attitudes et des vitesses sur l’engin spatial simulé.



Volant à une altitude de 25 000 pieds, la capsule de test de chute appelé véhicule de test de parachute (PTV) a été extrait d’un avion C-17 et séparé de la plate-forme de test.
Une fois en vol et après avoir atteint les conditions de test avec un parachute programmeur, la séquence de parachute de la capsule Orion a fonctionné avec succès et a débuté par le déploiement d’un parachute anti-parachute (simulant une défaillance du parachute), suivi de trois parachutes pilotes qui ont à leur tour retiré les trois parachutes principaux.



L'un des trois parachutes principaux a sauté la première étape, ce qui simulait une défaillance du parachute principal.





La capsule de test de largage a atterri à la vitesse prévue de 25 pieds par seconde, bien en deçà de la vitesse maximale de touché du vaisseau spatial Orion.



Le PTV est en forme de capsule et représente le vaisseau spatial Orion. Cependant, il est conçu de manière tout à fait différente du vaisseau spatial Orion en ce sens que la structure interne est en acier, atterrit à terre et peut être réutilisée pour les tests en parachute. L'Orion utilise deux parachutes de chute et trois parachutes principaux pour décélérer le vaisseau spatial.

La maquette de test plus légère que la capsule Orion n'a besoin que d'un parachute de chute et de deux parachutes principaux pour un atterrissage réussi.
Les deux parachutes supplémentaires sont déployés pendant la séquence et fournissent une sauvegarde en cas de défaillance de l'un des parachutes principaux.

La vidéo du test ici:
https://www.youtube.com/watch?v=bwdNQoAKBs4

Pappy2:
urANNEE 2014
14ème TEST DES PARACHUTES
Le 25 juin 2014 le test du système de parachute du vaisseau spatial Orion a été présenté par la NASA.



La maquette d’essai Orion a été poussé hors d’un avion C-17 à 35 000 pieds au-dessus du terrain d’essai Yuma de l’armée en Arizona.

Sur les 17 largages de parachute prévus pour la série de tests de développement, il s’agit du 14e et du plus complexe.



Deux tests précédents seulement avaient été effectués à une altitude aussi élevée, et celui-ci a encore dépassé les attentes en attendant 10 secondes de chute libre avant que les parachutes d'Orion ne soient déployés, afin de permettre au véhicule de gagner en vitesse et en pression aérodynamique avant le premier du jour. parachutes a été libéré, pour mettre le maximum de stress sur eux.



Test du système d'atterrissage. Il s'agit de valider les capacités pour des vols habités

La vidéo du test ici:
https://www.youtube.com/watch?v=HziXy66W344



ANNEE 2014
CONSTRUCTION ORION "Exploration Flight Test-1" EFT-1



Installation des carreaux de coque arrière EFT-1 Orion, septembre 2014





Fabrication du bouclier thermique



EFT-1 Orion Terminé, septembre 2014





EFT-1 Orion dans le carénage et avec les ERP, octobre 2014

https://en.wikipedia.org/wiki/Exploration_Flight_Test-1

Navigation

[0] Message Index

[#] Next page

Go to full version